Dans "The Prom" sur Netflix avec Erik Arvinder

Si vous avez envie d'un film musical impressionnant, audacieux et coloré qui fasse la part belle à des stars comme Meryl Streep, Nicole Kidman, Keegan-Michael Key et James Corden, ne cherchez pas plus loin que The Prom qui sera disponible en streaming sur Netflix à partir du 11 décembre.

The Prom est un projet du fameux producteur Ryan Murphy, la tête pensante derrière Popular, Glee, American Horror Story, Ratched et beaucoup d'autres. Il s'agit d'une adaptation de la comédie musicale du même nom dont Matthew Sklar et Chad Beguelin ont signé la partition et les paroles, dont Bob Martin et Beguelin ont écrit le livret et qui a été jouée pour la première fois en public en 2016 à Atlanta. Dans la comédie musicale, quatre vedettes sur le déclin quittent Broadway pour se rendre en Indiana dans la ville conservatrice d'Edgewater afin d'aider une jeune homosexuelle qu'on empêche d'aller au bal de l'école avec sa copine en organisant leur propre bal.

Avec ma collègue Lillie, j'ai pu assister à des séances d'enregistrement de cette comédie musicale dans les studios AIR situés à Hampstead, un quartier verdoyant du nord de Londres. C'était en mars 2020, juste avant le confinement national du Royaume-Uni, et nous voulions rencontrer Erik Arvinder ainsi que son équipe musicale. Ce jour là, Erik était à la baguette et dirigeait l'orchestre. Il est surtout l'orchestrateur principal de la musique du film et a préparé toutes les partitions nécessaires aux séances avec l'orchestre dans Dorico.

Comme bon nombre de professionnels de la musique, Erik Arvinder a plusieurs casquettes et cultive de nombreux talents. Ce violoniste accompli joue partout, enregistre beaucoup et a été le plus jeune musicien permanent jamais embauché par l'orchestre philharmonique royal de Stockholm pour sa section de premiers violons. C'est aussi à Stockholm qu'il a fait ses études, au collège royal de musique. Ses talents d'interprète enrichissent de nombreuses musiques de films, notamment deux des trois derniers Star Wars où il est dirigé par John Williams, et vous avez certainement déjà entendu son solo dans Alejandro de Lady Gaga. Il est aussi parti en tournée avec John Legend et Childish Gambino. Au-delà de cette impressionnante carrière en tant qu'instrumentiste, il a passé la dernière décennie entre la Suède et Los Angeles où il a travaillé comme arrangeur et orchestrateur pour de nombreux projets importants dont la série humoristique Community, la parodie d'espionnage Agents presque secrets avec Dwayne Johnson et Kevin Hart et le remake de 2018 de Death Wish par le réalisateur de films d'horreur Eli Roth.

Même depuis notre rencontre à Londres en mars, il est resté actif pendant toute la période de la pandémie malgré les restrictions qui ont affecté toutes les activités musicales, des concerts aux séances d'enregistrement en passant par les festivals. Alors que des millions de spectateurs du monde entier ont maintenant vu le film, j'ai recontacté Erik pour qu'il nous en dise plus sur le projet.

Violinist, conductor and orchestrator Erik Arvinder. (Photo: John Guthed)

Daniel Spreadbury: En tant qu'orchestrateur, tu as travaillé sur de très gros projets mais je crois que « The Prom » était ta première comédie musicale complète. Quel est le changement d'échelle entre ce projet et ceux auxquels tu avais participé auparavant ?

Erik Arvinder: C'est sans conteste beaucoup plus de travail d'orchestrer une comédie musicale entière que de travailler sur une bande originale classique, mais c'est aussi un pied incroyable. Il n'y a ni transitions, ni musique de fond. La musique est constamment au premier plan et doit attirer l'attention de l'auditeur en permanence. Je trouve que le travail ressemble plutôt à l'arrangement d'un album de pop, à la différence qu'il y a deux fois plus de musique, et ce, dans une dizaine de genres différents.

Daniel Spreadbury; Quand nous nous sommes vus pendant les enregistrements aux studios AIR de Londres en mars 2020 , tous les principaux chanteurs avaient déjà enregistré leurs parties de voix. Comment s'est passé le processus de post-production qui consistait à caler la musique sur l'image ?

Erik Arvinder: Quand nous avons enregistré l'orchestre aux studios AIR, les artistes et l'équipe technique devaient justement terminer le tournage du film. Mais en raison du COVID-19, ils ont dû s'arrêter et n'ont pas pu terminer les prises avant fin juillet. L'interruption a aussi affecté le travail qu'il restait à faire sur la bande originale, mais nous avons eu beaucoup de chance parce que nous avons pu enregistrer l'orchestre et le groupe avant l'entrée en vigueur des restrictions. Les producteurs Peer Åström et Adams Anders ainsi que leur équipe ont fait un super boulot en réussissant à s'accommoder des restrictions strictes de la Californie et en faisant en sorte que tout le monde puisse s'acquitter de sa tâche dans les temps et sans risque sanitaire. J'ai entendu des rumeurs concernant des séances pendant lesquelles les chanteurs devaient porter des protections faciales.

Daniel Spreadbury: Toi et ton équipe avez préparé toutes les partitions pour The Prom dans Dorico. Est-ce que vous avez eu des difficultés particulières pendant votre travail ?

Erik Arvinder: Je pense que le seul obstacle résidait dans le fait que, au début, Dorico était nouveau pour nous. Mais dès la fin du premier morceau, nous le maîtrisions déjà très bien et le reste du travail a marché comme sur des roulettes. Pour toute la préparation, nous avons travaillé avec Jill Streater et son équipe et ils ont fait en sorte que tout se passe à merveille.

Daniel Spreadbury: Et inversement, est-ce que certaines fonctionnalités de Dorico ont facilité le travail ?

Erik Arvinder: La réponse tient en un mot : Condenser. Je me demande si quelqu'un se souvient encore comment on faisait avec une grande partition avant l'arrivée de la fonction Condenser.

Daniel Spreadbury: Je sais que tu es resté très actif depuis The Prom, et ce malgré la pandémie. Sur quoi vas-tu travailler à présent ?

Erik Arvinder:: J'ai eu la chance de pouvoir continuer à travailler pendant toute cette année. Actuellement, je collabore avec l'orchestre philharmonique royal de Stockholm sur un projet à paraître au printemps. Il s'agit d'un mélange de dance électronique et de musique classique, donc quelque chose de pas totalement différent de The Prom !

Daniel Spreadbury: Merci d'avoir pris le temps de me rencontrer de nouveau. J'ai hâte de voir The Prom !

Vous pouvez voir The Prom sur Netflix dès maintenant. Pour contacter Erik, rendez-vous sur son site web.